Le milieu de terrain marocain qui fonde son jeu sur le joueur du Barça savoure face à son idole à la Coupe du monde après avoir relancé sa carrière sous Nuno Espírito Santo.
L' année de ladernière apparition de Wolverhampton Wanderers en Premier League - 2012 - était aussi l'année où le joueur qui est désormais le pivot de leur milieu de terrain, Romain Saïss, a disputé son premier match professionnel. Il avait presque 22 ans.
Maintenant, sa carrière est lancée pour atteindre de nouveaux sommets. La victoire à Sheffield mercredi offrirait aux Wolves une avance de sept points en tête du championnat et augmenterait leurs chances de revenir en Premier League. La promotion serait la fin parfaite de la campagne du club de Saïss avant de se rendre avec le Maroc à la Coupe du monde, où il pourrait affronter le joueur sur lequel il a modelé son jeu, l'espagnol Sergio Busquets.
"Il a toujours été une source d'inspiration pour moi", explique Saïss, dont le pays a été versé dans le même groupe que l'Espagne, le Portugal et l'Iran . "Busquets est très important pour son équipe même si vous ne le remarquez pas toujours à cause des choses extraordinaires faites par [Lionel] Messi, [Luis] Suárez et [Andrés] Iniesta. Mais j'ai toujours aimé le regarder: son positionnement, la simplicité de son jeu. J'espère vraiment jouer contre lui à la Coupe du monde. Essayer de l'imiter m'a aidé à prendre toutes les mesures que j'avais à faire pour être ici maintenant.
Il y a eu de nombreuses étapes et revers dans ce parcours, dont la chute de la saison dernière avec le manager de l'époque des Wolves, Paul Lambert, et l'obligation de supporter un écart de quatre ans entre sa première sélection internationale et sa deuxième. Cela a été un exploit d'aller même assez loin pour rencontrer de tels problèmes, car de nombreux autres aspirants auraient abandonné leurs rêves après avoir atteint leur vingtaine sans éveiller l'intérêt d'un club professionnel. Saïss, né d'un père marocain et d'une mère française dans la Drôme au sud-est de la France, affirme n'avoir jamais perdu espoir même s'il suivait un cours d'études commerciales en jouant avec un club amateur, l'AS Valence. «Je suis toujours resté concentré même quand j'ai atteint l'âge de 21 ans et que j'étias encore amateur, tu sais que ça risque moins de se produire pour toi», dit-il. "Mais je savais qu'il y avait d'autres joueurs qui se sont imposés en retard, comme Franck Ribéry qui, comme moi, n'est jamais allé à l'académie. Alors j'ai juste continué à travailler. "
Sa percée est venue quand il a été repéré par en deuxième division par Clermont Foot. En janvier 2012, six mois après avoir signé pour Clermont et deux mois avant son 22e anniversaire, il fait ses débuts professionnels. Il a si bien fait à Clermont qu'il a gagné un déplacement au Havre, où il a joué au milieu de terrain aux côtés de Riyad Mahrez.
Après que Mahrez ait déménagé à Leicester, Saïss a rejoint Angers dans l'élite française, où ses performances ont convaincu les loups de payer environ £ 3m pour l'emmener en Angleterre. C'était en août 2016, quelques mois après que Mahrez ait été nommé joueur de l'année en Premier League. «Quand on voit si bien l'un de vos amis, cela renforce votre désir et votre conviction que vous pouvez aussi atteindre le plus haut niveau», explique Saïss. "Riyad a toujours eu de superbes qualités techniques mais il n'aurait pas réussi ce qu'il a fait sans travailler. Je parle toujours avec lui souvent et je sais qu'il a fait tout ce qu'il avait à faire pour atteindre le sommet. Ce serait génial de le rencontrer en Premier League. "Saïss, jovial par nature, est plus heureux aux Loups maintenant qu'il ne l'était la saison dernière, quand il a perdu sa place après être allé à la Coupe d'Afrique des Nations avec le Maroc. Il avait entendu dire que des joueurs étaient punis pour avoir décollé en milieu de saison en milieu de saison et trouvait curieux que Lambert ne le rende à l'alignement de départ qu'un mois après son retour en février.
"L'équipe était en difficulté vers le bas de la table, remportant des matches dans la FA Cup mais pas dans la ligue, mais je n'étais pas choisi; Je vais vous laisser le soin de déterminer pourquoi », dit-il, suggérant qu'il a une théorie. "Je ne voulais pas créer de problèmes alors je continuais à travailler, mais à la fin de la saison, il était important pour moi de demander au manager pourquoi il m'avait laissé en dehors de l'équipe pour, étrangement, le même temps. que j'étais parti en mission internationale. Je connaissais la vérité mais je voulais l'entendre de lui. Mais il ne pouvait pas me le dire, il se cachait derrière d'autres excuses, ce qui était dommage. Mais c'est la vie et je suis juste passé à autre chose. "Lambert a été remplacé par Nuno Espírito Santo en mai après que les Wolves ont terminé 15ème. Saïss affirme que l'approche du Portugal a été essentielle à l'ascension du club au sommet du championnat et à l'amélioration de sa propre fortune.
"Nous avons une nouvelle façon de jouer et vous pouvez voir que certains joueurs qui ont eu des difficultés sont capables de mieux s'exprimer que la saison dernière", explique Saïss. "La relation entre le manager et les joueurs est très importante et [Santo] est très proche de nous. Et son style de jeu est idéal. Quand il est venu, il nous a dit son plan et a commencé à le mettre en place dès sa première séance d'entraînement. J'ai réalisé tout de suite que j'allais aimer jouer dans son système et avec son style. J'aime courir mais pas seulement pour le plaisir. J'aime avoir la balle et jouer. C'est comme ça maintenant. "
Le tirage au sort de la Coupe du Monde est idéal: l'Espagne, le Portugal et l'Iran sont exactement le genre de défis que le Maroc apprécie
Il entretient une relation similaire avec le manager marocain, Hervé Renard. Le charismatique français a pris les commandes en février 2016 et a donné à Saïss sa première sélection depuis 2012. "Je pense que je devais acquérir plus de maturité pour devenir un joueur régulier au niveau international", dit-il. Il a également dû montrer sa polyvalence: pour son pays, il joue en défense centrale aux côtés de la Juventus Medhi Benatia. "A l'origine j'étais supposé jouer au milieu de terrain mais quand Medhi est tombé malade avant un match, le manager m'a demandé si je serais capable de passer en défense. Je suis là depuis, maintenant aux côtés de Medhi. J'apprends beaucoup à jouer avec lui, ce qui n'est que naturel car il a joué pour de grands clubs en Ligue des champions. Et nous sommes proches du terrain, donc s'il me donne un coup de pied, je sais que ce n'est pas personnel, il veut juste m'aider et aider l'équipe. "Alors, à quel point le Maroc est-il bon maintenant?"Je suppose que nous allons découvrir", dit Saïss. "Nous sommes meilleurs que nous et c'est en partie à cause du manager. Notre qualification doit beaucoup à lui. Il a changé notre mentalité. Il est très attaché aux joueurs, comme nous sommes à lui, mais la première chose qu'il a faite a été de nous confronter à nos responsabilités. Il a dit que le Maroc avait traversé beaucoup de managers sans être capable de produire une équipe aussi forte que la somme de ses parties, donc c'était avant tout à nous de faire quelque chose à ce sujet. Maintenant nous sommes vraiment serrés, il y a une réelle solidarité. Et je pense que le tirage au sort de la Coupe du Monde est idéal: se dresser contre l'Espagne, le Portugal et l'Iran est exactement le genre de défis que le Maroc apprécie. Jouer contre le meilleur, c'est découvrir comment vous êtes vraiment bon. "
Puisque vous êtes ici ...
... nous avons une petite faveur à demander. Plus de gens lisent le Guardian que jamais, mais les revenus publicitaires dans les médias baissent rapidement. Et contrairement à de nombreuses organisations de presse, nous n'avons pas mis en place de pare-feu - nous voulons garder notre journalisme aussi ouvert que possible. Vous pouvez donc voir pourquoi nous avons besoin de votre aide. Le journalisme d'investigation indépendant du Guardian demande beaucoup de temps, d'argent et de travail. Mais nous le faisons parce que nous croyons que notre point de vue est important - parce que cela pourrait bien être aussi votre point de vue.

Tweet LDA

  • Pourquoi les Lions aiment l'Arabie saoudite?
  • La Juventus va-t-elle sacrifier Benatia?
  • Le FUS affronte les deux grands clubs de l'Iran

Nous suivre sur twitter

Fanbox LDA

A propos de LDA

Lions de l'Atlas est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab, de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact :
E-mail : cliquez ICI

Nous avons 1548 invités et aucun membre en ligne

Top
Patientez 5 secondes SVP