Tourner la page du passé et travailler pour construire l’avenir, telle pourrait être la devise d’Adel Taarabt, aujourd’hui âgé de 28 ans. Après un début de carrière en dent de scie, Adel Taarabt semble enfin trouver une certaine stabilité mais aussi une régularité qui se confirme au fil des matchs avec Genoa.

Les sacrifices consentis depuis le début de la saison ont rapidement porté leurs fruits puisque l’international marocain est devenu un joueur clé de la formation italienne. Occasion pour notre rédaction de renouer le contact avec Taarabt pour lui poser quelques questions sur son avenir footballistique.
Lions de l’Atlas : Bonjour Adel, nous tournerons également la page du passé pour nous intéresser à ton début de saison avec Genoa. Le début de saison était très dur pour toi car tu as dû travailler très dur pour retrouver ta forme optimale et prouver que tu pouvais ajouter un plus au jeu de Genoa. Peut-on dire que ton premier objectif en club est atteint ?
Adel Taarabt : Objectif atteint ? Pas vraiment car la saison n’est pas encore terminée mais c’est sûr que ce que je voulais c’est revenir en club et être au top physiquement. J’ai travaillé pendant les vacances, c’était bien mais pas facile car une partie c’était pendant le ramadan. J’avais ça en tête et c’est en partie réalisé, il faut que je continue comme ça.
Tu affiche une belle régularité en club avec des prestations convaincantes, tu as inscrit 2 buts et délivrée deux passes décisives, avec un peu plus de 1215 minutes de temps de jeu en 16 apparitions dont 15 comme titulaire. Que t’inspire ces chiffres et en es-tu satisfait ?
Adel Taarabt : C’est sûr, sur le point personnel oui, je suis satisfait, ça fait longtemps que je n’ai pas enchaîné autant de matchs que j’ai joué titulaire et pratiquement au complet, avec quelques belles performances. Après sur le plan collectif, on connait la situation de Genoa et ce n’est pas facile. On bosse tous les jours pour essayer de s’en sortir mais c’est vrai que sur le plan personnel, je suis plutôt satisfait de mes prestations et j’espère que ce n’est pas fini.
A propos de tes prestations et ton rendement actuel, penses-tu qu’ils sont suffisants pour signer ton retour avec les Lions de l’Atlas ?
Adel Taarabt : Je le pense mais ça dépend aussi. J’ai vécu des bons et moins bons moments avec la sélection, Il y a des avis et leurs contraires mais c’est au sélectionneur d’en décider. Personnellement, j’essaie de tout faire pour sur le terrain, après il y a un coach et avec lui un groupe qui a réalisé un truc exceptionnel car ça fait 20 ans que le Maroc n’a pas participé à la Coupe du Monde. Je suis conscient de la situation… Pour l’instant, je me concentre sur ce que je fais sur le terrain et je donne tout, après c’est à Hervé Renard de décider s’il faut me convoquer ou pas.
Les supporters marocains sont un peu partagés sur ton retour, beaucoup sont ravis alors que certains, qui ont du mal à oublier ou à pardonner, pensent que ta présence pourrait nuire à l’équilibre et l’harmonie des Lions. Qu’est-ce qui a changé entre le Taarabt d'avant et celui d’aujourd’hui ? l’Age ?
Adel Taarabt : Oui exactement, quelques années (rires). On prend de l’âge, on vit des choses et on apprend de nos erreurs pour avancer. Je ne suis pas une personne parfaite mais j’essaye tout le temps de m’améliorer. J’ai appris de mes erreurs et j’ai plus la tête sur les épaules. Je suis concentré sur mes objectifs, j’ai retrouvé « l’amour du football », là je joue et je suis content. Chaque match est un bonheur. Après, j’essaye de ne pas trop écouter ce qui se dit dans les réseaux sociaux. Je préfère me concentrer sur ce que je fais sur le terrain.
A chaque fois que je rentre au Maroc, les gens me demandent quand est-ce je vais retourner en équipe nationale. Après, c’est normal s’il y a des gens qui pense au groupe qui s’est qualifié avec un entraîneur qui a fait un travail exceptionnel. Il y a quelques années, j’avais le sang chaud, je ne réfléchissais pas deux fois, j’étais têtu et je faisais ce que j’avais à faire, maintenant, avec quelques années en plus, j’ai compris qu’au foot, il faut être patient, attendre pour avoir sa chance. J’accepte volontiers le fait d’être remplaçant alors qu’avant, j’étais tellement passionné par le foot que je n’acceptais pas, c’est tout. Maintenant, avec l’expérience que j’ai, j’accepte et je bosse sans relâche. C’est clair que ma mentalité a changé et cela se traduit par le rapport que j’ai avec mes coéquipiers que je respecte et qui me respectent.
Parles-nous un peu de ta relation avec le staff technique national et de l’entretien que tu as eu avec Renard ou son staff ? Quelles sont les promesses qui ont été faites de part et d’autre ?
Adel Taarabt : Zéro promesse faite ! J’ai eu une discussion avec le coach qui m’a félicité de mon début de saison et m’a dit de continuer. Il suit mes prestations et il n’a rien promis. Il a été franc avec moi, il m’a dit de continuer à bosser, qu’il me suit et qu’à la fin, lui qui décidera si je mérite d’être sélectionné ou pas, selon sa façon de jouer qu’il m’a expliqué. J’ai aimé son discours parce que je suis un mec franc aussi.
Plusieurs médias ont suggéré ton nom comme renfort potentiel des Lions de l’Atlas, certains avaient même évoqué ta convocation pour le match contre la Cote d’Ivoire. As-tu été convoqué pour le match d'Abidjan?
Adel Taarabt : En vérité présélectionné oui mais pas convoqué, j’ai reçu au club une lettre de présélection. Tu as émis ton souhait de réintégrer les Lions de l’Atlas dès le début de la saison. C’est clairement l’un de tes objectifs avoués.
Est-ce que cet objectif devient prioritaire avec cette perspective de jouer le mondial ?
Adel Taarabt : C’est le rêve de tout le monde, bien sûr que je rêve de jouer la coupe du monde avec mon pays, c’est normal ! Après, dire que c’est une priorité, oui et non car je n’ai pas envie de me mettre ça dans la tête, comme je t’ai dit, je reste concentré sur le terrain et je prends match par match en les enchainant avec mon club et après je laisse le staff, les responsables et les supporters juger si je mérite ou pas de faire partie des retenus.
Justement, que réponds-tu à ceux qui soutiennent l’idée selon laquelle seuls les joueurs ayant participé aux éliminatoires doivent être retenus pour le Mondial 2018 ?
Adel Taarabt : Hmm, je ne peux pas leur répondre ! C’est un peu normal que des gens pensent comme ça mais il y a les aléas du foot. De toute façon, ceux qui ont joué les éliminatoires ont l’avantage d’être connus par le sélectionneur qui sait de quoi ils sont capables. De mon côté, j’espère avoir une place en étant fort dans chaque match avec mon club. Comme je l’ai dit, je dois continuer à faire des bons matchs en club pour justifier le mérite d’être en sélection. C’est pour moi la meilleure manière de convaincre les gens.
La concurrence à ton poste est déjà rude en ton absence avec plusieurs joueurs de qualité, jeunes et expérimentés capables de se fondre dans le moule de Renard. Comment comptes-tu convaincre le sélectionneur national ?
Adel Taarabt : C’est que du bien pour l’équipe du Maroc, il y a plusieurs choix qui s’offrent au sélectionneur qui va choisir ses joueurs en fonction de sa façon de jouer. C’est bien qu’il y a des jeunes mais au final, ce sont les prestations de chaque weekend qui vont donner au coach une idée précise sur les joueurs qu’il souhaite retenir. Je ne peux le convaincre que sur le terrain. Le coach a ses idées et c’est avec ses idées qu’il va aller en Russie.
Certaines informations font état d’une possible convocation pour les deux matchs amicaux prévus fin mars. Qu’en est-il réellement si tu peux nous en dire un mot ?
Adel Taarabt : Non, franchement non, pour mars ! Personne ne m’a appelé, maintenant, c’est loin mars, il y a donc beaucoup de choses qui peuvent se produire. En attendant, il me reste encore 3 matchs de championnat, puis une petite pause avant de repartir de plus belle en prenant match par match
Avec le Maroc, le groupe B est appelé « Groupe de la Mort » ! Comment évalues-tu les chances des Lions de l’Atlas en Coupe du Monde contre notamment l’Espagne et le Portugal (sans oublier l’Iran) ?
Adel Taarabt : Ce sont de grosses nations de football, après tout le monde dit que l’Espagne est favori, c’est normal mais ce sont des matchs de coupe du monde et pour moi c’est la meilleure des choses, rencontrer les plus grosses nations du football pour marquer l’histoire. Si on va au Mondial, c’est pour rencontrer les meilleures équipes du monde. C’est jouable même si le Portugal est champion d’Europe, le Maroc peut créer la surprise.
On parle de Seville, Valence et autres clubs Espagnols qui désirent s’attacher tes services, qu’en est-il de ces rumeurs de transfert?
Adel Taarabt : Un départ en hiver, je ne le pense pas mais c’est vrai que ça parle de moi du côté de l’Espagne. Comme j’ai dit, c’est ma performance avec Genoa qui compte maintenant. Je préfère rester concentrer sur le reste de ma saison.
Un retour en Ligue 1 Française est-il envisageable ?
Adel Taarabt : Je ne le pense pas, j’ai d’autres ambitions pour l’instant.

Tweet LDA

  • CHAN 2018: la Côte d’Ivoire déjà au pied du mur
  • La prestation de Hamza Mendyl contre Rennes
  • La candidature du Maroc vue par les américains

Nous suivre sur twitter

A propos de LDA

Lions de l'Atlas est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab, de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact :
E-mail : cliquez ICI

Nous avons 537 invités et aucun membre en ligne

Top
Patientez 5 secondes SVP