À quelques jours seulement du début du Mondial, Talk Foot vous propose une revue intégrale des différentes nations qui animeront le Brésil durant un mois. Intéressons-nous au Groupe B abritant le tenant du titre de la compétition, l’Espagne, le dernier finaliste : les Pays-Bas, un solide outsider qu’est le Chili et l’Australie qui va essayer d’éviter, le zéro pointé.

 

La Roja, championne en titre et favorite.

 

Malgré que 4 années se soient écoulées depuis le dernier mondial, l’Espagne demeure l’une des équipes favorites pour l’édition 2014 de la Coupe du Monde. Entre temps, la sélection espagnole a connu des hauts et des bas. Pour ce qui est des hauts, l’Euro 2012 tout simplement. Pour la deuxième fois d’affilée, la Furia Espanola a remporté la Coupe d’Europe pour une troisième fois de son histoire (1964, 2008 et 2012) et cette fois-ci, ce fut avec la manière. Un 4-0 en finale contre une Italie en réussite et surtout, qui a éliminé la redoutable équipe nationale allemande en demi-finale de ce tournoi européen. Pour ce qui est des bas, tout le monde se souvient de la fameuse humiliation en finale de la Coupe des Confédérations au Brésil face à la Seleçao menée par le jeune prodige Neymar (3-0). Une défense à la rue, un milieu de terrain fragile ainsi qu’une attaque presque inexistante ont formé une équipe espagnole méconnaissable. Coup de mou ou un Brésil trop supérieur ? La réponse cet été au Brésil. Tout de même, les hommes de Vincente Del Bosque sont parvenus à oublier ce cauchemar et on su retrouver leur meilleur niveau pour se mériter leur billet pour le voyage au pays de la Samba. En outre, il ne faudrait tout de même pas oublier que la Roja s’est qualifiée à ce mondial sans aucune défaite, soit 5 victoires et 2 matchs nuls. Le tout pour finir première de son groupe, devant l’Équipe de France. De plus, des renforts se sont ajoutés à l’effectif du Royaume de Juan Carlos I. Des joueurs comme David De Gea, Jordi Alba, César Azpilicueta, Juanfran, Koke, Santi Cazorla et Diego Costa disputeront leur premier mondial. Ceux-ci combinés avec les joueurs d’expérience (comme Casillas, Xavi, David Villa, etc.) forment une équipe très solide qui, comme plusieurs le prédisent, fera un tournoi digne d’une grande nation du football.

 

Une revanche à prendre pour les Pays-Bas.

 

Ils y étaient si proches en 2010. Un but d’Andrés Iniesta à la 71’ et la Coupe du Monde échappe aux Oranje… Les Pays-Bas ont été détruits et depuis, ils ont enchainé déception après déception. Il suffit de jeter un petit coup d’œil au classement FIFA. Suite au Mondial en Afrique du Sud, les néerlandais étaient classés 2e et aujourd’hui, 15e. Une autre déception pour les Pays-Bas : l’Euro 2012. Pour résumer : 3 match et 3 défaites. La Hollande est disqualifiée et termine en dernière de son groupe, derrière l’Allemagne, le Portugal et le Danemark. Mais on peut le dire, l’échec à l’Euro fut un mal pour un bien puisque l’entraineur Bert van Marwijk a démissionné de son poste et a été remplacé par Louis Van Gaal, qui a redonné un nouveau souffle à la sélection. En effet, le technicien de 62 ans a fait confiance aux jeunes joueurs talentueux de l’Eredevisie, tels que Daley Blind, Joel Veltman, Martins Indi, Cillessen, Memphis Depay et plusieurs autres. Grâce à la stratégie de l’ancien entraineur du FC Barcelone, les Pays-Bas participeront au Mondial 2014 et auront l’occasion de prendre leur revanche face aux espagnols. Il est à noter que seulement 7 hollandais sur les 23 convoqués ont participé au dernier mondial.

 

Le Chili pour créer la surprise ?

 

Comme lors du la Coupe du Monde 2010, le Chili fait partie du même groupe que l’Espagne. Rappelons nous, les chiliens, entrainés à l’époque par Marcelo Bielsa, avaient passé la phase de groupe avec le même nombre de points que les espagnols, mais ont été éliminés en huitièmes de finale par le Brésil (3-0). En 2011, un nouvel entraineur a pris les rênes du pays sud Américain pour disputer la Copa America. Il s’agit de l’argentin, Claudio Borghi, qui a permis à la sélection d’atteindre les quarts de finale avant de se faire éliminer par le Venezuela. En 2012, encore un changement d’entraineur. Jorge Sampaoli a été nommé pour occuper ce poste, mais cette fois-ci, c’était certainement le bon choix puisqu’il a réussi à qualifier le pays pour le mondial. En plus de cela, le Chili pourrait jouer un mauvais tour aux favoris du groupe B, c’est-à-dire, l’Espagne et les Pays-Bas. En effet, l’attaque chilienne, dirigée notamment par un certain Alexis Sanchez, a plus d’un tour dans son sac. Les amateurs de football ont pu remarquer cela lors de plusieurs matchs amicaux, mais plus précisément face à l’équipe de Vincente Del Bosque en septembre dernier à Genève (2-2). Attention de ne pas commettre l’erreur de sous-estimer cette équipe.

 

L’Australie, l’outsider.

 

L’Australie est un grand nom du football asiatique, mais malheureusement pas du football mondial. Les Socceroos sont les participants au mondial les moins bien classés dans le classement FIFA, soit 59e. Mais tout de même, ils ont participé à la Coupe du Monde en Afrique du Sud et ont terminé 3e de leur groupe avec un bilan d’une victoire, d’un match nul ainsi que d’une défaite. Le pays des kangourous essayeront de bien figurer dans ce mondial et essayeront de se qualifier en huitièmes de finale, mais sur le papier, ses adversaires (NDLR : Espagne, Pays-Bas et Chili) sont bien trop forts.

 

 

Source : Yasser Lahlou, rédacteur à Talk Foot et chez LDA.

Tweet LDA

  • Patrice Carteron après la victoire face à HUSA ‘fier d’entraîner cette équipe’
  • Officiel : La RDC éliminée de la CAN et de la course olympique
  • La prestation de Youssef En Nesyri contre Atl Bilbao

Nous suivre sur twitter

Fanbox LDA

A propos de LDA

Lions de l'Atlas (أسود الأطلس) est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab (المنتخب المغربي) de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact : cliquez ICI

Nous avons 682 invités et aucun membre en ligne

Top
Patientez 5 secondes SVP