A 46 ans, Younes El Aynaoui va retrouver un classement

A cinq mois de son 46e anniversaire, le Marocain Younes El Aynaoui, ex-joueur du top 15 mondial, est de retour sur le circuit. El Aynaoui, qui fut 14e mondial en novembre 2003, est sorti des qualifications du Future de Manama, à Bahrein, et a franchi le premier tour du tableau final. Il disputera le deuxième tour jeudi.

{module 499}
Samedi, Younès El Aynaoui a remporté sa première victoire en simple sur le circuit depuis 2010 en passant le premier tour des qualifications du Future de Manama (15 000$), au Bahreïn, après une série de cinq défaites consécutives (simple et double confondus) entre 2010 et 2017. A 45 ans, l’ex 14e mondial ne laissait aucune chance à Hamad Abdulaal (6-0, 6-0), non classé comme lui. Lundi, le Marocain frappait fort en éliminant la tête de série n°1 des qualifications, l’Indien Shaahbaz Khan (1250e), à l’issue d’un combat très serré et disputé sur deux jours (6-7(10), 7-6(3), 6-4). Ce mardi, autre victoire de prestige pour El Aynaoui pour un match comptant pour le premier tour du grand tableau : il s’est défait de l’Autrichien Bernd Kossler (774e) 6-4, 2-6, 7-5. En huitièmes de finale, le Marocain devra relever un défi encore plus grand, battre le Norvégien Viktor Durasovic, tête de série n°6 et 623e.

El Aynaoui a remporté cinq tournois ATP et 15 challengers tout au long de sa carrière. Bien qu’il soit avant tout spécialiste de la terre battue, c’est à l’Open d’Australie et à l’US Open qu’il a obtenu ses meilleurs résultats, se hissant deux fois en quarts de finale de ces deux tournois. Il faut dire qu’il accumulait les aces et servait à plus de 200 km/h Son dernier titre remonte à 2008 au challenger de Chiasso et son dernier classement à 2010 (718e). Entre les deux, il avait été absent des terrains pendant seize mois.

Steve Darcis avait été son dernier adversaire professionnel avant qu’il reprenne du service à Manama, où sa victoire lui assure déjà une place au ranking ATP début avril (en Future, les points sont comptabilisés une semaine plus tard).
El Ayanaoui (1,93) va-t-il repartir pour une saison complète? Il y a peu de chances! Aujourd’hui entraîneur de la fédération du Qatar, il a profité de la présence de deux de ses joueurs sur le tournoi pour s’inscrire… et montrer l’exemple. Car ses joueurs, eux, ont été éliminés au premier tour.
« C’est un boulot intéressant mais pas facile », déclarait-il voici quelques jours à L’Equipe. « Ce qui est bien, c’est que la fédé de tennis veut vraiment former ses champions et ne pas les importer comme cela se fait dans d’autres sports. Mais il y a du pain sur la planche. J’accompagne les espoirs sur les tournois Futures de la région. Quelques fois, il faut leur faire comprendre que face à des Russes morts de faim, il y a plutôt intérêt à être super motivés et préparés. C’est que la vie est plutôt confortable au Qatar… »