Pour défier Mamelodi Sundonws samedi à 14 h à Pretoria au match retour de la Ligue des champions, Fawzi Benzari

{module 499}
 
pourra compter sur un commando de 20 joueurs pour défier l’équipe sud-africaine et revenir avec le billet de la qualification en finale. Vainqueur au match aller (2-1), le WAC mise à la fois sur la détermination de ses joueurs et l’expérience de son entraîneur pour éteindre Mamelodi, qui se croit déjà en finale avant même de jouer le match retour.
Une place en finale de la Ligue des champions passe obligatoirement par un bon résultat samedi à Pretoria (14 h) à Mamelodi Sundowns. Une mission qui s’annonce difficile, mais pas impossible pour les hommes de Fawzi Benzarti qui ont remporté la manche aller sur le score de 2-1. Conscient de la difficulté de la tâche qui attend le WAC en terre sud-africaine, le président du Wydad, Saïd Naciri, a promis une prime juteuse à ses joueurs en cas de qualification pour la finale. Ce n’est pas tout. Naciri devrait se déplacer en Afrique du Sud pour être près de ses joueurs et s’assurer que la préparation pour le match de samedi se fait dans les meilleures conditions.
Trois absents de marque
Le Wydad, qui a rallié l’Afrique du Sud mardi, sera privé de trois joueurs-cadres face à Mamelodi. Il s’agit de Brahim Nakach et Mohamed Nahiri, suspendus pour ce match, et Mohamed Ounajem, blessé. Des absences qui risquent de peser sur le rendement de l’équipe. Mais en tant que vieux routiers des pelouses africaines, Benzarti devra concocter un plan de jeu pour faire avorter ceux de son homologue Pitso Mosimane. En tout cas, le technicien tunisien a emmené un groupe de 20 joueurs prêts à se sacrifier sur le terrain pour atteindre la finale.
Benzarti devra aligner une équipe compacte afin de ne pas laisser des espaces aux Sud-Africains tout en procédant par des contre-attaques dans l’espoir de marquer un but à l’extérieur afin de faire douter Mamelodi Sundowns. Avec l’application de tout le monde, le Wydad a de grandes chances de déjouer les plans de son adversaire du jour qui a déjà célébré sa victoire et sa qualification en finale, avant même de jouer le match retour. Un excès de confiance qui pourrait faire les affaires du représentant du Maroc. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.