Sur un nuage cette saison avec Lille en Ligue 1, Nicolas Pépé devrait faire des étincelles lors de la Coupe d’Afrique des Nations égyptienne. Les Lions de l’Atlas sont avertis.

{module 499}
Depuis la retraite de Didier Drogba, la Côte d’Ivoire, future adversaire du Maroc lors de la prochaine CAN 2019, cherche son successeur. Beaucoup estiment que Nicolas Pépé, véritable révélation du championnat de France cette saison, fait figure d’héritier . “Je pense qu’il s’est beaucoup amélioré ces dernières années, à Angers et maintenant à Lille. C’est un excellent joueur et nous, en Côte d’Ivoire, sommes vraiment heureux de l’avoir. Je suis vraiment impatient de le voir jouer à la CAN cet été”, s’extase l’ancien buteur de Chelsea dans un entretien avec le site Goal.En effet, le Dogue a tout pour lui. Il est un dribbleur hors pair, il a une belle vision du jeu et marque des buts. Cette saison, il a porté le LOSC sur ses épaules pour le mener à une deuxième place de Ligue 1, synonyme de qualification pour la Ligue des champions.
Avec 20 buts en 34 matches, ses statistiques lui ont permis de figurer parmi les nommmés pour le titre de meilleur joueur de Ligue 1 aux côtés de grandes stars mondiales tels Neymar et Mbappé.
Mieux encore, ses performances ont été si bonnes que les clubs du monde entier cherchent à le recruter, du Paris Saint-Germain, à l’Inter Milan, en passant par le Bayern Munich et Manchester United.
Le petit Nicolas est devenu grand
Mais si certains voient en lui une superstar en devenir, d’autres estiment que c’est un enfant doué et extrêmement égoïste. Un jugement que l’intéressé ne dément pas. “Auparavant, je voulais jouer tout seul. Je ne courais que lorsqu’il y avait le ballon donc c’était moi. Désormais, à Lille, je cherche l’efficacité et je fais des efforts pour les autres, donc c’est nous. Je ne suis plus celui qui ne pensait qu’à lui, qui se disait le plus fort. J’ai changé, pris de la maturité, j’ai évolué et j’espère encore évoluer. Je ne veux pas être un joueur superflu, ni un joueur qui brille tout seul”, a déclaré le jeune de 23 ans lors d’un entretien accordé à France Football en février dernier.
 
Les 25 millions d’Ivoiriens le croient sur parole et attendent de lui qu’il offre aux Éléphants leur 3e sacre continental. S’il les déçoit, les deux ans d’ici la prochaine CAN vont lui paraître longs. S’il les satisfait, il sera sur le même piédestal que les Drogba, Touré et autres Girvinho, véritables légendes vivantes en Côte d’Ivoire.
Mais avant, il devra passer par le mur marocain dressé par le dernier homme qui a porté les Ivoiriens sur le toit de l’Afrique: Hervé Renard.
Pour rappel, le Maroc et la Côte d’Ivoire sont placés dans le groupe D de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, avec l’Afrique du Sud et la Namibie. Via nos confrères du 360